handi-aviron 01Le jeudi 13 septembre 2012, pour la seconde année consécutive, l'Établissement et service d'aide par le travail (Esat) de Moulins-lès-Metz a permis à 80 personnes handicapées de faire de l'aviron sur le plan d'eau de Metz. Une initiative soutenue par la société des Régates messines.

« L'année dernière, nous avions été bien servis par le temps. Ce matin, ce n'est pas terrible, gris et frais », regrette Eugène Rosé, le président de la société des Régates messines. Qu'à cela ne tienne. Le jeudi 13 septembre 2012, durant toute la journée, 80 personnes de l'Établissement et service d'aide par le travail (Esat) de Moulins-lès-Metz se sont essayées avec enthousiasme à l'handi-aviron, sur le plan d'eau.

 « Il s'agit d'une initiative de l'Esat, depuis deux ans. L'enjeu est de faire sortir les participants des ateliers, et de leur faire découvrir un sport sur l'eau. Nous leur mettons le matériel à disposition », explique Eugène Rosé. « Deux équipes de huit personnes viennent s'entraîner tous les quinze jours. Elles sont déjà bien avancées dans la gestuelle. Elles sont là, aujourd'hui, pour aider leurs camarades débutants ».

Les participants se sont ainsi succédé sur l'eau, par groupe de neuf, pour des sessions de trente minutes.

handi-aviron 02Ils ont ramé sur deux bateaux, accompagnés par des encadrants du club. « Deux ou trois personnes par bateau, celles qui s'y connaissent le plus donnent le mouvement aux autres. Comme les rameurs de tous niveaux sont mélangés, ils restent sur le plan d'eau. Mais les équipes régulières font généralement le tour de l'île Saint-Symphorien », ajoute Eugène Rosé. « Le démarrage est un peu long, car il faut notamment bien leur rappeler les règles de sécurité, mais c'est une belle récompense de les voir sourire et de les savoir contents d'être là ! ».


Esprit d'équipe

Motivés par les deux médailles d'argent raflées aux derniers Jeux paralympiques, les participants se sentent pousser des ailes.

« Grâce à ce sport, ils se redécouvrent et gagnent de l'assurance, eux qui ne se pensaient pas capables de faire de l'aviron. Ils prennent confiance et apprennent à gérer la coordination de leurs mouvements. Et puis l'esprit d'équipe est bel et bien là : il s'agit de faire avancer le bateau tous ensemble », souligne Alain Courvoisier, des Régates messines. « L'aviron est un sport pas commun, qui n'est déjà pas évident à maîtriser pour des valides ; alors, pour des personnes handicapées, c'est encore plus gratifiant. Elles sont fières de leur réussite ».

Plusieurs d'entre elles possèdent déjà leur brevet de bronze et s'entraînent désormais pour obtenir leur brevet d'argent.

Photo Maury GOLINI